• Qui sommes-nous ?
  • Actualités
  • Ressources
  • FR

Efficience IT : prouver la performance IT à la DG et aux métiers

Quel service IT offrir aux métiers à l'heure de la transformation digitale ? La transformation du socle Legacy n'est guère à l'ordre du jour. Et même la délivrance d'un service IT adapté au juste prix en fonction d'un budget n'est pas si évidente. Pourtant de bonnes pratiques existent et ont montré leur efficacité, comme l'ont rappelé les témoins et experts qui se sont ensuite exprimés.

CIO a organisé une conférence à Paris le 5 décembre 2017 sur le thème « Améliorer le rapport qualité/coût de la DSI : la performance IT prouvée à la DG et aux métiers » en partenariat avec K2, Nexsys et Nexthink.

Organisée par CIO au Centre d'Affaires Paris Trocadéro le 5 décembre 2017, la conférence « Améliorer le rapport qualité/coût de la DSI : La performance IT prouvée à la DG et aux métiers » a réuni des témoins ayant réussi à optimiser l'emploi de leurs ressources de manière particulièrement exemplaire. Cette conférence a été réalisée en partenariat avec K2, Nexsys et Nexthink.

En ouverture, comme lors de chaque conférence CIO, la rédaction a dévoilé les grands enseignements d'une étude réalisée auprès de ses lecteurs, Quel service IT offrir aux métiers à l'heure de la transformation digitale ?. En l'occurrence, la transformation du socle Legacy n'est guère à l'ordre du jour. Et même la délivrance d'un service IT adapté au juste prix en fonction d'un budget n'est pas si évidente. Pourtant de bonnes pratiques existent et ont montré leur efficacité, comme l'ont rappelé les témoins et experts qui se sont ensuite exprimés.

Le premier des témoins a été Nicolas Duffour, Adjoint au Sous-Directeur des Infrastructures à la DSIC SDI au Ministère de l'Intérieur. Ce ministère a refondu ses datacenters et en a profité pour créer une offre de service sécurisé à l'usage des établissements et collectivités publics, le projet PI, dans une optique de mutualisation.

Etre plus efficient et plus agile en optimisant la sous-traitance

Transformer la sous-traitance IT, c'est sans doute moins sexy que de défendre en Comité Exécutif des projets Big Data, Digital, etc. Pourtant, cela constitue un levier d'efficience et d'agilité majeur, comme l'a rappelé Frédéric Derail, Président de Nexsys. Ce cabinet de conseil a optimisé plus de deux milliards d'euros de contrats de sous-traitance avec des résultats significatifs et notamment des gains de 20 à 35 %. Le budget de sous-traitance représentant 40 à 60 % du budget total de la DSI, les chiffres sont motivants. « Et ce périmètre est nettement plus facile à transformer » a observé Frédéric Derail. De plus, le développement du numérique, la recherche d'autonomie des métiers, l'émergence des Directions du Digital... sont autant de facteurs obligeant la DSI à se transformer, avec un inévitable impact sur sa relation avec ses fournisseurs.

La première table ronde de la matinée a réuni Olivier Du Merle (Responsable du Centre Informatique de Valbonne, Air France KLM) et Jean-Philippe Grau (Directeur de la Production, CNAMTS) sur un thème directement connecté : « Réduire les coûts en respectant les SLA ».

Optimiser un parc en fonction des usages réels grâce au Big Data

Répondre aux besoins des utilisateurs restant le but ultime, respecter les niveaux de service en fonction d'un budget est un impératif. « Il faut changer la manière de penser des service desks, qui doivent partir de l'analyse de données, plutôt que de toujours agir en pompiers » a plaidé Chaouki Chaabane, Responsable Comptes Stratégiques de Nexthink. Mais comment faire ? Chaouki Chaabane l'a montré en s'appuyant sur un exemple concret : Soletanche Freyssinet, une filiale de Vinci Construction spécialisée dans des constructions spécifiques (tunnels, fondations de gratte-ciels...). 6500 postes dans 10 pays ont été équipés de collecteurs logiciels en deux mois dans une optique de maintenance préventive grâce à une remontée massive de données. Cette approche a aussi l'avantage de factualiser l'expérience utilisateur.

Le Grand Témoin de la matinée a été Dominique Pardo, Président de Total Global IT Services. Sur le périmètre mutualisé au sein du groupe, les économies réalisées ont été de l'ordre de 30 % soit, globalement, 10 % du budget informatique total.

Parmi les moyens pour fortement économiser sur son budget informatique sans perdre en agilité, le développement d'applications en mode low code peut être un bon moyen. Pour Vincent Marlard, président de K2, « c'est une nouvelle brique pour créer des apps rapides à développer et à intégrer afin de rentabiliser les investissements lourds antérieurs comme les PGI tout en digitalisant les offres et en réduisant le time2market. » Il s'agit en fait d'avoir les avantages à la fois des progiciels faciles à déployer (mais pas forcément faciles à intégrer) et des développements spécifiques.

Enfin, la seconde table ronde de la matinée, sur le thème « Développer la valeur d'usage à l'ère digitale », a réuni Pierre-Yves Fauroux (Architecte des SI, Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs) et Sébastien Noulot (Responsable du datacenter, Pierre & Vacances Center Parcs). Leurs témoignages a permis d'éclairer de bonnes pratiques pour optimiser une relation entre DSI et métiers.

Voir l'article originasur CIO Onlinel